— 11. 05. 2024
— 11. 05. 2024

Flash : Bertrand Fourmond 47ème en Martinique

Bertrand Fourmond (Alpha Yesss Elec Eau) est le quarante-septième à franchir la ligne d’arrivée de la Cap-Martinique ce samedi 11 mai à 05h22 (locale). Le skipper solo a mis 26 jours 20 heures 22 minutes et 40 secondes pour parcourir les 3 800 milles entre La Trinité-sur-Mer (Morbihan) et Fort-de-France (Martinique).

Sa réaction

Je suis heureux d’être là et d’être arrivé en Martinique après tant de jours en mer.

Cap-Martinique : À quoi pensiez-vous pendant les dernières heures en mer ?

Bertrand : Les derniers milles n’étaient pas compliqués. Ce qui était compliqué c’était bien avant, quand j’étais en mer et qu’il n’y avait pas de vent, quand le bateau n’avance pas et qu’on se dit “qu’est-ce que je viens faire là”.

C-M : Sportivement, que retenez-vous de cette transatlantique ?

Bertrand : Sportivement, c’est un peu raté pour moi parce que j’ai fait une escale en Espagne pour réparer. Je visais le premier tiers, j’avais le bateau pour ça et la formation pour ça avec mon groupe Orlabay mais cette escale a fait que j’ai raté mon objectif donc j’en ai relancé d’autres qui étaient de finir et de rattraper les autres. Je suis parti avec plus de 200 milles de retard et j’arrive avec environ 6 concurrents derrière quand même donc je suis assez content pour ça.

C-M : Avez-vous une petite anecdote à nous partager ?

Bertrand : J’ai vu les sargasses en sortant d’Espagne. Je me suis fait un film en disant “ça y est, c’est l’invasion”. Tous les jours j’écrivais un petit film sur quelque chose, je partageais ça dans mes petits mots. Je partageais ce que je vis à bord et pour le faire ressentir aux autres avec mes petits mots à moi.

C-M : C’était long cette course pour vous ?

Bertrand : Oui c’était long. J’avais visé entre 21 et 23 jours donc ça fait 26 jours, c’est déjà trois de trop. Mais ce n’est pas la solitude, je n’en ai pas souffert. Peut-être une fois ou deux mais un petit sms et c’est oublié. Non, c’est vraiment la pétole qui fait mal.

C-M : Un beau timing pour arriver pile le jour de votre anniversaire !

Bertrand : J’ai cravaché ! C’était chaud car les routages me disaient le 12. Je me disais, c’est pas possible le 12, faut trouver des solutions. J’ai mon sponsor qui est là et qui repart le 12 et le 11 c’est mon anniversaire donc c’était mon objectif. J’ai fait comme mon copain dit : “tu tiens les écoutes et tu ne les lâches pas.”

C-M : Un petit mot pour cet accueil, vous vous y attendiez ?

Bertrand : Oui car mon staff est énorme. J’ai une médiawoman qui est incroyable.

Le partage c’était avec la famille qui nous manque toujours mais aussi avec plein de gens qui nous suivent et l’association que je représente, Alpha Sablé. J’ai partagé tous les moments de vie à bord et les enseignements que je leur ai appris avant.

C-M : C’est quoi la première chose que vous avez envie de faire maintenant ?

Bertrand : Je vais appeler ma mère pour la rassurer car elle était très angoissée quand je suis parti et puis je vais profiter des gens qui sont là.

PARTAGER L’ARTICLE

+ d’actualités

  • — 13. 05. 2024

    La seconde édition de la Cap-Martinique s’achève aujourd’hui avec l’arrivée de Marine et Sébastien Péjoan, 51ème et dernier concurrent de cette seconde édition. Thibaut Derville et Jean-Philippe Cau, co-organisateurs [...]