— 11. 05. 2024
— 11. 05. 2024

Flash : Pascal Coret 48ème en Martinique

Pascal Coret (CDC Développement Solidaire) est le quarante-huitième à franchir la ligne d’arrivée de la Cap-Martinique ce samedi 11 mai à 05h22 (locale). Le skipper solo a mis 26 jours 20 heures 22 minutes et 40 secondes pour parcourir les 3 800 milles entre La Trinité-sur-Mer (Morbihan) et Fort-de-France (Martinique).

Sa réaction

Cap-Martinique : Vous venez de poser le pied en Martinique, quelles sont vos premières impressions ?

Pascal : Un grand soulagement ! C’est long quand même ces histoires. Ça fait plaisir d’être là. Maintenant je vais me poser, il n’y a plus de stress, plus de pression, c’est du pur plaisir. Il y a eu beaucoup de plaisir pendant les derniers jours mais pas que, et là c’est les vacances qui commencent.

C-M : Sportivement, que retenez-vous de cette traversée ?

Pascal : C’est ma troisième transatlantique en solitaire et je trouve que c’est celle où j’étais le moins serein. Des ennuis quotidiens, un stress..les conditions étaient très bonnes mais il y a toujours des petits trucs. C’est la première fois que ça m’arrive et ce n’est pas évident.

C-M : Et quels sont vos bons souvenirs ?

Pascal : J’ai eu des nuits de pleine lune extraordinaire, quand le bateau est au surf sous pleine lune, les moments où ça pulsait bien c’était génial.

C-M : C’est votre deuxième Cap-Martinique, quel était votre objectif sportif ?

Pascal : J’aurai bien aimé faire mieux mais ça ne marche pas toujours. 

C-M : Vous gardez en tête d’en faire une autre ?

Pascal : Oui mais peut-être pas tous les deux ans. Ce sont des budgets, on doit bloquer tous les jours de vacances en une seule fois. Il n’y a pas que la voile dans la vie. Il y a le ski et tout ça donc l’hiver prochain c’est ski. 

C’est super sympa d’être accueilli comme ça, d’avoir des visages connus de la Trinité et de la Martinique qui se déplacent, même le week-end.

C-M : Quelles ont été vos difficultés pendant cette traversée ?

Pascal : C’est les petits problèmes matériels, il y a toujours des trucs. Par exemple, un jour il y a eu atelier snorkelling parce qu’il y a une écoute de spi qui a réussi à se mettre dans l’eau, dans l’hélice. Il a fallu plonger sous le bateau en plein milieu de l’Atlantique avec 5 000 mètres de fond, bien attaché. On réfléchit à deux fois avant de le faire mais il fallait le faire.

C-M : Qu’est-ce que vous avez envie de faire maintenant ?

Pascal : Prendre une douche ! Et ensuite aller boire du rhum avec les copains, aller à la cérémonie de remise des prix, on est déjà en retard, c’est parti.

PARTAGER L’ARTICLE

+ d’actualités

  • — 13. 05. 2024

    La seconde édition de la Cap-Martinique s’achève aujourd’hui avec l’arrivée de Marine et Sébastien Péjoan, 51ème et dernier concurrent de cette seconde édition. Thibaut Derville et Jean-Philippe Cau, co-organisateurs [...]