— 09. 05. 2024
— 09. 05. 2024

Flash : Jacques Rigaleau 39ème à Fort-de-France

Jacques Rigaleau (Ennemis – Ora) est le 39ème à franchir la ligne d’arrivée de la Cap-Martinique ce mercredi 9 mai à 01:00:16  (locale). Le solitaire a mis 24 jours 16 hrs 0 mins 16 secs pour parcourir les 3 800 milles entre La Trinité-sur-Mer (Morbihan) et Fort-de-France (Martinique).

Ça fait chaud au cœur. Je ne m’attendais pas à avoir un tel accueil à l’arrivée. Je pensais avoir quelques potes mais pas tout le monde. Cette ambiance qu’on a à la team Transquadra à La Rochelle est vraiment forte. C’est une équipe soudée. Je suis ému car ça fait un an que je prépare ça. Je devais partir à la première édition et pour plusieurs raisons, je ne suis pas parti. Donc là, j’ai pu m’inscrire mais c’est très lourd. L’investissement que l’on veut donner si l’on veut préparer les choses correctement est énorme. Il y a aussi l’entraînement physique, les cours qu’on a fait. Quand on se donne les moyens de réussir et que ça fonctionne, c’est l’apothéose.

J’ai dit que je voulais naviguer en bon marin, j’ai dit que je voulais faire de belles manœuvres, comme on l’a appris. Je me suis dit que si je faisait de belles manœuvres et une belle trace, c’était bien. J’ai un peu serré les fesses au Cap Finisterre avec la disparition de Philippe Benoiton. Je n’en menais pas large car il y avait beaucoup de vent. Je n’ai pas l’expérience de l’hauturier. C’est la première fois que je fais une transat en solo. Là, ça n’a rien à voir, c’est un autre monde. J’ai une satisfaction personnelle, c’est de ne pas avoir eu de problèmes. C’est une vraie satisfaction personnelle.

Ce bateau, je l’adore, je le trouve joli et un bateau qui est joli, on l’adore d’autant plus. La carène est dépassée mais on s’en fiche. Le but, c’est d’optimiser sa monture. Je n’ai pas déchiré de voile. J’ai déchiré un spi, c’est comme ça. Ça m’a contrarié mais c’est du consommable.

Cette course elle est belle car on emmène des valeurs humaines. Les gens de mon entreprise Enedis m’ont accompagné, je remercie également Josselin Boursier qui m’a payé des voiles ainsi que ma mairie car je suis élu. On partage énormément.

Ce soir, je vais boire un autre ti-punch et faire la fête avec mes copains. Sur cette course, j’ai pris plus de plaisir en solitaire que lors de mes transats en double. Je ne me suis pas ennuyé une seule seconde.

PARTAGER L’ARTICLE

+ d’actualités

  • — 13. 05. 2024

    La seconde édition de la Cap-Martinique s’achève aujourd’hui avec l’arrivée de Marine et Sébastien Péjoan, 51ème et dernier concurrent de cette seconde édition. Thibaut Derville et Jean-Philippe Cau, co-organisateurs [...]