#13 - Duo - JPK 9.60

Patrice Carpentier

Patrice-Carpentier-2

Frédéric Hoarher

frédéric-hoarher

C’est un duo qui connaît bien à la fois le départ et l’arrivée qui vient courir cette Cap-Martinique. Patrice Carpentier habite à la Trinité-sur-Mer tandis que Frédéric Hoarher habite, lui, en Martinique. C’est par l’heureux biais des “petites annonces” que les deux marins se sont retrouvés. Désormais ils préparent ensemble cette transatlantique. 

Qui mieux que Patrice peut se présenter lui-même : “ Le curriculum de ma vie tient en deux mots : régater et écrire. Ce qui était vrai ça fait 50 ans reste d'actualité ... J'ai écrit des tonnes d'articles mais seulement quelques bouquins. J'ai découvert la régate en dériveur à l'âge de 14 ans et je fus immédiatement saisi par le virus de la régate avec un

goût prononcé pour la Course au Large. J'ai traversé l'Atlantique dans tous les sens une quarantaine de fois et j'ai fait 5 fois le tour du monde en course dont trois fois en solitaire. La voile océanique présente l'énorme avantage de se pratiquer à tout âge et il serait sot de s'en priver.” Tout est dit pour ce membre éminent de l’UNCL, toujours prêt à vous écouter, à vous donner un bon conseil, toujours affable et souriant. 

Frédéric se présente également : 

“Depuis ma plus tendre enfance, mes deux passions sont l'aéronautique et la mer. A cinquante ans, je me dis que j'ai  consacré beaucoup de temps à la première et pas assez à la seconde. J'ai essentiellement fait de la voile en mode croisière, excepté les régates de club dans mon enfance, mais mon envie de la régate s'est vraiment révélée lorsque que nous avions fait en 2015 avec mon frère un aller-retour aux Açores au départ de Lorient. L'envie de faire marcher au mieux le bateau et toujours plus vite ne m'a pas quitté tout au long de ce trajet.

Tellement content que l'organisation de la Cap-Martinique nous ait mis en relation avec Patrice, qui au delà d'une expérience "énorme" de la voile, révèle des qualités humaines très fortes. Le feeling a rapidement bien fonctionné. L'aventure humaine dans cette course aura toute sa place.”

Une transatlantique : rien de tel pour faire connaissance !

 

 

Patrice-Carpentier-2
frédéric-hoarher

Patrice Carpentier

Frédéric Hoarher

C’est un duo qui connaît bien à la fois le départ et l’arrivée qui vient courir cette Cap-Martinique. Patrice Carpentier habite à la Trinité-sur-Mer tandis que Frédéric Hoarher habite, lui, en Martinique. C’est par l’heureux biais des “petites annonces” que les deux marins se sont retrouvés. Désormais ils préparent ensemble cette transatlantique. 

Qui mieux que Patrice peut se présenter lui-même : “ Le curriculum de ma vie tient en deux mots : régater et écrire. Ce qui était vrai ça fait 50 ans reste d'actualité ... J'ai écrit des tonnes d'articles mais seulement quelques bouquins. J'ai découvert la régate en dériveur à l'âge de 14 ans et je fus immédiatement saisi par le virus de la régate avec un

goût prononcé pour la Course au Large. J'ai traversé l'Atlantique dans tous les sens une quarantaine de fois et j'ai fait 5 fois le tour du monde en course dont trois fois en solitaire. La voile océanique présente l'énorme avantage de se pratiquer à tout âge et il serait sot de s'en priver.” Tout est dit pour ce membre éminent de l’UNCL, toujours prêt à vous écouter, à vous donner un bon conseil, toujours affable et souriant. 

Frédéric se présente également : 

“Depuis ma plus tendre enfance, mes deux passions sont l'aéronautique et la mer. A cinquante ans, je me dis que j'ai  consacré beaucoup de temps à la première et pas assez à la seconde. J'ai essentiellement fait de la voile en mode croisière, excepté les régates de club dans mon enfance, mais mon envie de la régate s'est vraiment révélée lorsque que nous avions fait en 2015 avec mon frère un aller-retour aux Açores au départ de Lorient. L'envie de faire marcher au mieux le bateau et toujours plus vite ne m'a pas quitté tout au long de ce trajet.

Tellement content que l'organisation de la Cap-Martinique nous ait mis en relation avec Patrice, qui au delà d'une expérience "énorme" de la voile, révèle des qualités humaines très fortes. Le feeling a rapidement bien fonctionné. L'aventure humaine dans cette course aura toute sa place.”

Une transatlantique : rien de tel pour faire connaissance !