#66 - Solo - Sun Fast 3300

Alexandre Ozon

Image not found

Alex Ozon nous explique pourquoi il part sur la Cap-Martinique : 

De mes 6 ans à mes 11 ans, je suis trimballé avec mon frère jumeau sur un beau voilier pour un tour du monde... ça laisse forcément des traces... j’ai eu la chance d’habiter à 800m de la mer quand j’étais ado. Mes grands parents étaient ostréiculteurs d’un côté et restaurateur de fruits de mer de l’autre. De plus je surfe depuis l’adolescence, pour dire que j’aime la mer, l’océan, je serai malheureux loin de la mer.

La vie a fait que j’ai pu acquérir un p’tit voilier... devenu plus grand, jusqu’à une aventure magique sur mon Team2Choc où je progresserais et me lancerais en solitaire dans l’aventure Transquadra avec tous mes potes... Au final, rien n’a été simple mais l’issue improbable. Entre-temps je me suis fait embarqué sur un SunFast 3200 de Daniel Andrieu où on m’a fait confiance et laissé carte blanche pour « m’exprimer » au sens propre comme au sens figuré, puis sur un Sunfast 3600

Plusieurs succès sur de grandes courses...

Aujourd’hui, on me croît capable d’aller vite sur un SunFast 3300, du coup je me retrouve sur le 1er de la série Sapristi ! pour aller batailler contre toute une horde de furieux du winch.

C’est un beau challenge, et j’avoue que ça me plaît bien... sur un support avec du tempérament que l’on ne maîtrise pas entièrement... tout reste à découvrir sur son potentiel, et j’ai cru voir qu’il en a sous le capot le coco...

La Cap-Martinique, par la force des choses, est envisageable dans mon calendrier... tous les potes y vont, et c’est l’occasion de retourner sur l’Atlantique surfer non stop... donc évidemment que je suis séduit et tenté. 3 semaines en solo à donf, pour finir au soleil de la Martinique, y’a pire, non ???

Bien sûr, hors de question d’y aller pour faire de la figuration, l’objectif est d’arriver le plus vite possible dans la baie de Fort de France sur des surfs interminables... Et de laisser le plus de concurrents possibles dans mon sillage... le parcours est assez simple... Cap sur la Martinique en naviguant sans regret,  proprement et le plus vite possible sur 2 safrans